La Normandie comme je l’ai vécue :

Mercredi 24 octobre, 21h37 : on décide de profiter du week-end de quatre jours du 1er novembre pour se plonger dans une page de l’histoire en allant voir les plages du débarquement.

N’étant pas du tout de la région, nous ne connaissions pas en détail le déroulement du très connu D-Day et nous voulions en savoir davantage tout en découvrant la région normande et ses plages chargées d’Histoire.

 

Logement

Vous trouverez de nombreux logements (hôtels, chambres d’hôtes et appartements) le long de la côte normande, certains sont au bord de la plage, d’autres sont davantage dans les terres, je vous conseille d’adapter votre logement à la durée du séjour, à la saison et à vos envies bien évidemment.

Pour notre part, nous y sommes allés en novembre pour 3 jours à peine, nous avons donc choisi un hôtel plutôt qu’un appartement car nous ne comptions pas cuisiner, et situé au centre de la ville de Bayeux pour pouvoir nous balader dans la ville facilement (petit plus : l’hôtel proposait un espace sauna, jacuzzi et piscine chauffée, un vrai plaisir !)

Nous avons pu  visiter plusieurs lieux parmi le choix très vaste que propose cette région. Nous avons choisi un musée car nous n’avions pas le temps d’en faire plusieurs, et plusieurs lieux forts de l’histoire.

Longues sur mer : des restes d’Histoire très bien conservés

Nous avons commencé par la batterie allemande de Longues-sur-mer qui se situait le plus près de notre hôtel. Situé au sommet d’une falaise, le site qui héberge la batterie allemande permet de découvrir ses quatre casemates dont trois des quatre canons sont en excellent état (ce qui nous a beaucoup étonnés connaissant l’amplitude des bombardements à cet endroit), et le poste de commandement au bord de la falaise d’où étaient envoyés les ordres de tir.

Normandie 001

On découvre alors l’énormité de l’artillerie utilisée – ici des canons de 150mm pouvant tirer à 20 km de distance (!!!) – et la difficulté de précision des tirs, étant donnée la distance à laquelle se situent les  casemates de la côte et donc de la vue sur les cibles.

On continue notre visite en suivant le chemin (attention à ne pas sortir des sentiers, des éboulements ont régulièrement lieux le long de la falaise !) où nous découvrons le poste de commandement semi enterré en bord de falaise d’où partaient les ordres de tirs destinés aux soldats en retrait dans les casemates.

Normandie 004

En sortant de ce bunker, qui paraît énorme de l’extérieur mais qui est en réalité très étroit à l’intérieur en raison de l’épaisseur des murs en béton armé, nous nous dirigeons vers les hauteurs de la plage et découvrons d’une part une superbe vue sur la mer et d’autre part d’étrange bloc dans l’eau le long de la côte en direction de l’est.

Intrigués par ces blocs nous décidons de nous diriger vers eux et découvrons qu’ils constituent les restes du port artificiel d’Arromanches, lieux que nous souhaitons également découvrir et qui nous intrigue particulièrement.

Arromanches : une découverte passionnante

À quelques kilomètres de notre première étape, nous arrivons sur le bord de mer de la ville d’Arromanches. Cette ville a abrité un des deux ports artificiels qui a permis aux alliés de faire face aux allemands. Grâce à ce point portuaire majeur, ils ont pu approvisionner les troupes en minutions et autres denrées indispensables mais également pu transporter jusqu’en France tout le renfort nécessaire à la réussite du débarquement.

Dès notre arrivée nous découvrons les nombreux blocs à moitié engloutis par les vagues et quelques autres échoués sur la plage. Nous ne connaissions pas du tout l’histoire de cette ville et décidons de profiter de l’occasion pour visiter le musée situé en bord de jetée.

Normandie 013

Ce musée n’est pas très grand à première vue, mais la visite guidée, les maquettes articulées, les deux films projetés (en français et en anglais chacun) et les nombreuses vitrines d’objets historiques en font un lieu particulièrement riche et complet,
nous y avons passé un excellent moment, il nous semble indispensable à faire pour tous ceux qui souhaitent connaître l’histoire de cette ville.

Si vous souhaitez vous y arrêter, il vous faudra un peu plus d’une heure pour tout voir (8€ par adulte), et vous verrez que les constructions inventées par les alliés lors de la seconde guerre mondiale sont pleines de surprises et surtout de génie.

Les alliés ont inventé, construits et acheminé d’énormes bâtiments (en béton, en métal, des bateaux, des camions, des routes et j’en passe) depuis l’Angleterre situé à 35km de là, par la voie des eaux, pour constituer Mulberry B. Certains bateaux tractaient d’énormes blocs de béton à une vitesse de seulement 6km/h !

Bref, je ne voudrais pas vous spoiler, je vous laisse découvrir toute cette phase de l’Histoire par vous-même…  😉

 

Pointe du Hoc : un lieu superbe !

Ce magnifique lieu est l’un de nos favoris parmi nos visites du séjour. Il est à la fois constitué de reste de casemates et de points de vue vraiment superbes, il était un des points forts des fortifications allemandes sur la côte normande.

En arrivant, nous remarquons en premier les énormes trous dans le sol. Des cratères profonds de plus de deux mètres pour certains et de plusieurs mètres de diamètre dessinent le terrain informe qui surplombe la pointe du Hoc. Ils sont évidemment là suite aux nombreux bombardements qui ont eu lieu ici et témoignent de la violence des combats.

Normandie 005

Nous découvrons ensuite les restes des constructions de casemates qui n’ont pas pu être terminées avant la fin de la guerre. Plusieurs grandes bases circulaires en béton armé se situent autour de nous ainsi que des matériaux qui n’ont pas été utilisés (tiges en métal pour armer le béton). Nous apercevons au bout du cap un mémorial, l’American Battle Monument, un pylone de granit dressé à l’extrémité de la pointe qui rend hommage aux Rangers du commandant Rudder qui ont débarqué en bas de cette abrupte falaise pour prendre le terrain aux mains des adversaires.

Normandie 011

Ce site, qui semblait si impénétrable, aura raison des soldats allemands le 6 juin 1944, non sans difficultés pour les Rangers américains qui, malgré leur entraînement très rude, ont peiné à escalader les versants presque verticaux de la pointe du Hoc.

Pour davantage d’informations, vous trouverez sur ce terrain de nombreuses plaquettes qui expliquent plus en détail des différentes phases du débarquement, une visite plutôt complète dans un cadre plein de surprises.

Le cimetière allemand

Nous n’avions pas le temps de faire le tour des cimetières, nous avons donc décidé de voir celui qui nous semblait le plus intrigant : le cimetière allemand.

Loin des grandes étendues de pelouse verte et de croix blanches fièrement dressées que l’on voit le plus souvent dans les films, le cimetière allemand est un lieu plutôt sombre et triste.

Normandie 015

Des petites plaques en métal sombre de 30cm par 30cm sont alignées sur le sol sur lesquelles sont inscrit les noms des défunts. Chaque plaque contient deux noms, comme si le manque de place avait obligé à les enterrer par deux. Au centre de l’espace, un escalier permet de monter en haut d’une bute de laquelle on aperçoit tout le cimetière. Des arbres ont été plantés, à la base desquels on peut également apercevoir des noms de soldats, et des alignements de croix en pierre noire ont été déposés par ci par là comme pour nous rappeler que c’est un cimetière.

Nous avons trouvé ce lieu plutôt morose, mais la lumière du soleil couchant qui nous caressait  le visage nous donnait envie d’avoir une pensée pour ces soldats morts pour une cause que beaucoup de partageaient pas.

 

Omaha Beach : une petite déception

Nous avions beaucoup entendu parler d’Omaha Beach, nous ne pouvions pas partir sans aller y faire un tour.

Petit conseil, ne faites pas comme nous et regardez les horaires des marées ! À marée haute, la plage d’Omaha Beach est une simple plage, très jolie mais qui n’a rien de particulier.

Cette ville abritait le second port artificiel français de la seconde guerre mondiale (Mulberry A), mais qui, contrairement à celui d’Arromanches, a été entièrement détruit suite à une tempête d’une extrème violence le 19 juin 1944. De ce fait, les quelques restes ne sont visibles au loin qu’à marée basse, seul un énorme bloc s’étant échoué sur la plage est visible, il sert aujourd’hui de base à un ponton.

 

Notre séjour a été assez complet, mais il nous reste encore beaucoup de choses à découvrir en Normandie. Nous espérons pouvoir y retourner plus longtemps pour voir davantage de choses, si vous connaissez la région et que vous avez des conseils, je suis preneuse, n’hésitez pas à les mettre en commentaires ! 🙂

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :